dépenses publiques

La Cour des Comptes remet en cause l’Etat Providence

La Cour des Comptes remet en cause l’Etat Providence
Illustration

Officiellement, la France a choisi la rigueur. En réalité, il n’en est rien si l’on en croit le rapport 2010 de la Cour des Comptes, qui fait la liste des réformes qui restent à faire et en vient à la conclusion : pas de réduction des dépenses publiques sans remise en cause de l’Etat Providence. Synthèse de Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.





Grand emprunt : l’Etat sait de quoi demain sera fait

Le chef de l’Etat est revenu sur les objectifs des 35 Milliards d’euros. Rappelez-vous : après beaucoup de consultations – le grand emprunt a été lancé alors qu’on ne savait pas à quoi il serait destiné. Deux ans plus tard on a la réponse et on a trouvé comment gaspiller 13 des 35 Milliards : dans les nouvelles technologies, la sûreté nucléaire et la formation. Ces « investissements d’avenir » feront-ils décoller l’économie ?





Le vacances de Madame Merkel

Le vacances de Madame Merkel
Illustration

La presse française s’est émue des propos de la chancelière, qui soulignent le contraste entre les européens qui travaillent et prennent peu de vacances et ceux du « Club Med ». La cigale vie au dépend de la fourmi, mais la « prêteuse » renvoie la chanteuse à ses devoirs. La Nouvelle lettre du 21 mai 2011 (www.libres.org) explique la sévérité d’Angela Merkel.





Finances publiques : un rapport européen très inquiétant pour la France

Finances publiques : un rapport européen très inquiétant pour la France
Illustration

Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, commente un rapport de la Commission Européenne qui n’a pas retenu l’attention des médias. Jugerait-on qu’en France les élections sont trop proches pour faire la moindre réforme sérieuse ?





Débat organisé par l'IREF et l'Institut Thomas More

Finances publiques en danger

La France au défi de la baisse de la dépense publique et de la réforme fiscale
Finances publiques en danger
Illustration

A l'occasion de la publication du rapport « 163 milliards de plus... Analyse comparative de la dépense publique en France et en Allemagne » et de la Note « Réforme fiscale : 4 propositions pour une action... enfin claire et audacieuse », l'Institut Thomas More et l'IREF ont le plaisir de vous inviter à venir participer à la prochaine Rencontre autour de :
Jean ARTHUIS, Sénateur (UC) de la Mayenne, président de la Commission des Finances du Sénat, auteur de SOS Finances publiques (ed. Calmann-Lévy, 2011)
Olivier CARRÉ, Député (UMP) du Loiret, membre de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale
Dr Wolfgang GLOMB, Président du groupe de travail « Intégration européenne » de l’Association des économistes allemands,membre du Conseil d’analyse économique franco-allemand
Gérard DUSSILLOL, Président de la Commission Finances publiques de l'Institut Thomas More
Jean-Philippe DELSOL, Administrateur délégué de l’IREF

La Rencontre se déroulera le mardi 31 mai de 8h30 à 10h30 au restaurant Les Éditeurs (4, carrefour de l'Odéon, 75 006 Paris).
Le nombre de place est limité. Bulletin réponse ci-joint. Réponse souhaitée avant le lundi 30 mai, 12h.





Constitutionnaliser l’équilibre budgétaire : nécessité ou artifice ?

Constitutionnaliser l’équilibre budgétaire : nécessité ou artifice ?
Illustration

 Une étude menée par le Professeur FELDMAN à la demande de l’IREF s’articule remarquablement avec le texte de Jean Philippe DELSOL. Ce spécialiste de droit constitutionnel ne voit pas de réel progrès dans le projet gouvernemental de constitutionnalisation de l’équilibre budgétaire. Il y verrait plutôt un artifice politique.





L' Allemagne mène contre la France

2 à 1. C’est le chiffre du match économique Allemagne-France. Ce match a retenu l’attention de toute la presse, tant le contraste entre les deux pays est saisissant au niveau du chômage, de la croissance et de la dette. Mais l’arbitre INSEE n’est pas d’accord. Après avoir accordé un but à l’Allemagne, il l’a refusé. En clair : l’INSEE vient de revenir sur ses propres estimations concernant les écarts de coûts du travail dans les deux pays.





12 cents sur 1 dollar de dépenses publiques

D’après l’American Enterprise Institute, l’un des think tanks américains les plus huppés, sur 1 dollar dépensé par le gouvernement, 24 cents sont consacrés à la Défense, 6,50 cents aux intérêts de la dette, 41 cents aux trois programmes nationaux Medicare, Medicaid et Social Security et 16 cents aux diverses subventions, en particulier aux agriculteurs.





Baisse des dépenses publiques : faisons de l’Obamania !

Baisse des dépenses publiques : faisons de l’Obamania !
Illustration

En France le culte d’Obama n’a pas résisté au dernier vote qui a installé les Républicains au Congrès. Désormais l’administration Obama ne cesse de faire des coupes sombres dans les dépenses publiques. Nicolas Lecaussin s’est amusé à faire une comparaison entre le budget Obama et le budget Sarkozy : explosif !





Etat trompeur, Etat voleur

Etat trompeur, Etat voleur
Illustration

Le dernier Rapport de la Cour des Comptes (février 2011) ne fait que confirmer ce qu’on savait : l’Etat sera incapable de ramener son déficit public à 3 % en 2013. Parce qu’il est incapable de gérer l’argent public mais aussi parce qu’il continue à mener la même politique : dépenses publiques hors contrôle et interventionnisme tous azimuts.



                
Syndiquer le contenu