dépenses publiques

La Cour des Comptes fait les choses à moitié

Le rapport de la Cour des Comptes sur les finances publiques (2013) donne l’impression du « déjà vu (lu) ». Comme les rapports des années précédentes, il dénonce le nombre trop élevé de fonctionnaires et le poids des dépenses publiques. Les sages proposent environ 28 Milliards d’euros de dépenses en moins et environ 10 000 postes de fonctionnaires supprimés (équivalent à un non-remplacement à la retraite sur six)…  On est très loin de ce que font les autres pays. La Grande-Bretagne par exemple supprime 700 000 postes de fonctionnaires entre 2011 et 2017 (100 000 suppressions par an). Notre gouvernement supprime environ… 1 500 postes en 2014. Le rapport « conseille » aussi des coupes dans les prestations sociales, les avantages retraite, la suppression de certaines niches fiscales et sociales, la « maîtrise » des dépenses d’assurance-chômage, le rapprochement de la Douane et des Impôts, etc…  La plupart de ces propositions sont les bienvenues mais elles peuvent passer pour du « bricolage » au regard la situation de nos dépenses publiques. 





Après la faustérité

Conférence organisée par Contrepoints
Après la faustérité
Illustration

Plusieurs membres de l'IREF interviennent lors de cette Conférence intitulée "Après la faustérité" et organisée par le site Contrepoints le samedi 15 juin. Pour en savoir plus et pour vous inscrire, cliquez ici.





L'IREF sur Radio Vatican

La réforme de l'Etat au Portugal

La réforme de l'Etat au Portugal
Illustration

Lucas Léger, chercheur à l'IREF, a été interviewé  (lundi, 15 avril, à 18 heures) par Radio Vatican sur la réforme de l'Etat dans plusieurs pays d'Europe dont la France et le Portugal.





Décisions déconcertantes de la Cour Constitutionnelle portugaise

La Cour vient d’annuler plusieurs mesures proposées par le gouvernement portugais  dans le cadre de son plan de réforme de l’Etat et de baisse des dépenses : la suppression du 14ème mois de paye pour les fonctionnaires et la nouvelle taxe sur les aides (et autres avantages) sociales et médicales. Pour le premier cas, les magistrats ont invoqué le caractère discriminatoire de la mesure en l’opposant au secteur privé. Pareil pour la taxe sur les aides sociales qui serait punitive envers les « plus démunis ». Bizarre conception de l’économie : les magistrats devraient savoir que, contrairement aux employés du privé, les fonctionnaires sont payés grâce aux dépenses publiques tandis que les aides sociales et médicales,  sans réforme de l’Etat, ne pourront plus être honorées…





L'IREF sur RFI

Le budget de l'Etat français baisse-t-il vraiment ?

Le budget de l'Etat français baisse-t-il vraiment ?
Illustration

Lucas Léger, chercheur à l'IREF, a été interviewé par la RFI (8 mars) sur les économies budgétaires annoncées par le gouvernement français. Pour écouter l'interview, cliquez ici.





Pour avoir moins de pauvres il ne faut pas plus d’aides mais plus de riches

Article écrit en collaboration avec Lucas Léger
Pour avoir moins de pauvres il ne faut pas plus d’aides mais plus de riches
Illustration

Dans son discours sur la lutte contre la pauvreté, le Premier Ministre a évoqué l’exil fiscal de Depardieu et consorts. Il a raison : en poussant hors de France les gens riches, on perd des emplois et on fabrique des pauvres. Quant au relèvement du RSA il représentera 5 € par mois ! A la multitude des aides et des emplois artificiels il faudrait substituer un impôt négatif.





Objectif déficit à 3 % : il faut au moins 60 Mds d'euros d'économies

C’est le chiffre (à quelques millions près...) des économies à réaliser pour atteindre le fameux taux de 3 % du PIB de déficit budgétaire en 2013. Plusieurs chiffrages (dont l’un de l’IREF à paraître) démontrent que Bercy ne sait pas bien faire ses comptes (à moins que l’erreur soit délibérément voulue pour cause de propagande gouvernementale).





SNCF : l’ouverture à la concurrence est tout à fait possible

Si la France se retrouvait dans la situation de l’Allemagne après dix ans d’ouverture à la concurrence, la SNCF perdrait 15 % des parts de marché au profit d’autres opérateurs privés. Environ 10 % du personnel TER (environ 4 200 agents) devrait être reclassé.





Dépenses publiques : l’Irlande revient de loin

L’Irlande a fait des efforts impressionnants pour baisser ses dépenses publiques qui atteignaient 67 % du PIB en 2010. Baisse du nombre et des salaires des fonctionnaires, ouverture à la concurrence des administrations et des services publics, économies massives mais sans toucher au taux de 12.5 % de l’impôt sur les sociétés, les dépenses publiques sont tombées à moins de 40 % du PIB en 2012. C’est donc possible. Impossible est français.





L'IREF dans Le Figaro

La France a-t-elle besoin de l'UMP ?

La France a-t-elle besoin de l'UMP ?
Illustration

Cet article de Jacques Garello, administrateur de l'IREF, a été publié par le quotidien Le Figaro du 29 novembre. Pour le lire, téléchargez le document joint.



                
Syndiquer le contenu