Etat

Dans le Wall Street Journal

Dans le Wall Street Journal
Illustration

L’IREF a un partenariat avec le quotidien The Wall Street Journal. Les lecteurs de notre site seront informés tous les jours des principaux articles publiés  par le journal et pourront même lire des traductions en français ou bien des résumés.





Entrepreneurs : le gouvernement expérimente l’euthanasie

Entrepreneurs : le gouvernement expérimente l’euthanasie
Illustration

Le gouvernement achève les entrepreneurs, déjà  mal en point : donc les cerveaux et les brevets filent à l’étranger et les emplois ne se créent pas en France.  L’étude de Lucas Léger, chercheur à l’IREF, décrit la « destruction destructrice » (pour paraphraser Schumpeter) à laquelle se livre la classe politique, qui n’a d’yeux que pour l’entreprise publique. 





Emplois créés par les socialistes : 1.315.000

1.315.000 Ce serait le nombre d’emplois créés par les socialistes pour un taux de chômage…stable. Le gouvernement vient d’annoncer la création de 440 000 contrats aidés non marchands afin de « lutter contre le chômage ». Ces contrats aidés s’ajoutent aux 100 000 emplois d’avenir qui doivent être créés jusqu’ à la fin 2013, ainsi qu’aux 75 000 contrats de génération. Même s’il s’agit d’une mesure dont on sait qu’elle ne pouvait déboucher que sur un échec, le gouvernement persiste et signe. En 1997, les socialistes avaient annoncé la création de 700 000 emplois jeunes. Entre 1997 et 2013, les socialistes auraient ainsi créé 1.315.000 emplois aidés. Largement de quoi faire chuter le taux de chômage. Pourtant, la France compte aujourd’hui 3,224 millions de chômeurs, pratiquement autant qu’en…1997 (3,196 millions de chômeurs). Où est l’erreur ?





La Cour des Comptes fait les choses à moitié

Le rapport de la Cour des Comptes sur les finances publiques (2013) donne l’impression du « déjà vu (lu) ». Comme les rapports des années précédentes, il dénonce le nombre trop élevé de fonctionnaires et le poids des dépenses publiques. Les sages proposent environ 28 Milliards d’euros de dépenses en moins et environ 10 000 postes de fonctionnaires supprimés (équivalent à un non-remplacement à la retraite sur six)…  On est très loin de ce que font les autres pays. La Grande-Bretagne par exemple supprime 700 000 postes de fonctionnaires entre 2011 et 2017 (100 000 suppressions par an). Notre gouvernement supprime environ… 1 500 postes en 2014. Le rapport « conseille » aussi des coupes dans les prestations sociales, les avantages retraite, la suppression de certaines niches fiscales et sociales, la « maîtrise » des dépenses d’assurance-chômage, le rapprochement de la Douane et des Impôts, etc…  La plupart de ces propositions sont les bienvenues mais elles peuvent passer pour du « bricolage » au regard la situation de nos dépenses publiques. 





L'IREF sur RFI

Le gouvernement contre Amazon

Le gouvernement contre Amazon
Illustration

Jean-Philippe Delsol, administrateur délégue de l'IREF, a été interviewé dans la Matinale du 1er juin sur RFI à propos des mesures du gouvernement contre Amazon.





Exception culturelle ou exception étatiste ?

Exception culturelle ou exception étatiste ?
Illustration

Victoire : la culture échappera au libre échange atlantique ! Cette « exception française » est inspirée d’abord par la haine du libéralisme, de la concurrence, voire des Américains, ensuite par les privilèges et prébendes dont bénéficie le monde culturel français. Victoire à la Pyrrhus sans doute. 





Bac : L’Etat à l’honneur

Tout le monde est d’accord pour dire que les sujets de philo ont été « dans l’air du temps »… La morale, la politique et l’Etat sont étroitement liés et la France a une longue liste d’exemples dans son Histoire. Mais le sujet proposé aux élèves de la série ES (économique et social) nous paraît très ambigu : « Que devons-nous à l’Etat ?». Les candidats ont-ils pensé à mettre dans leurs copies la liste suivante : impôts, taxes, réglementations, lois, interventionnisme, crise, chômage, échecs… ?  Et, pour les jeunes bacheliers, la perspective de payer toute leur vie pour les dettes budgétaires et sociales accumulées depuis 50 ans ! 





Les apprentis sorciers

Ouvrage de Patrick Artus (avec Marie-Paule Virard), Fayard, 2013)
Les apprentis sorciers
Illustration

La France est championne du monde. De l’échec  économique. Depuis plus de 40 ans, les décideurs politiques font l’inverse de ce qu’on devrait faire pour relancer l’économie.Il existe des maladies dont on ne guérit jamais. La politique de relance par la consommation en fait partie. La France souffre de cette maladie et il y a peu de chances qu’elle s’en débarrasse bientôt.  Pourtant, en 1973, notre pays affichait une croissance insolente, à la chinoise : + 6.5 %. Le mot chômeur n’existait pas et même les Américains nous enviaient. Le Hudson Institute, un think tank conservateur américain, publiait des études qui vantaient les réussites économiques françaises. Aujourd’hui, ces études prennent la France comme « l’exemple à ne pas suivre »…  Et puis arrive le choc pétrolier dès novembre 1973. Panique chez les politiques de tous bords. La croissance stagne, le chômage commence à augmenter, les indicateurs passent au rouge. La mort de Pompidou aggrave les choses en déclenchant aussi une crise politique. Mais l’élection de Valéry Giscard d’Estaing et la nomination de Jacques Chirac comme Premier ministre se veulent rassurantes. Sauf qu’ils choisissent une…politique de relance pour redémarrer l’économie : 5 Mlliards de francs pour les personnes âgées et les familles, 13 Milliards pour les routes, les ports et le TGV, 5 Milliards pour la restructuration de l’industrie et aussi augmentation du SMIC et des salaires… La suite, on la connaît : le nombre de chômeurs passe de 500 000 à 1 400 000 entre 1974 et 1979 et le taux d’investissement des entreprises plonge. 


Et puis arrivent les socialistes qui donnent le coup de grâce. Trois dévaluations du franc, hausse de l’inflation, explosion de la pauvreté… La France est isolée, grâce à M. Chevènement les magnétoscopes japonais doivent s’arrêter à Poitiers… Les socialistes enfoncent encore plus le pays dans le marasme économique : le taux d’emploi passe de 66.7 % à 60.9 % entre 1980 et 1987… Pendant ce temps, Thatcher et Reagan font les réformes nécessaires et leurs pays respectifs décollent. Le décalage ne sera plus jamais comblé depuis et la Grande-Bretagne va même dépasser la France en termes de PIB. 

Faut-il encore revenir sur la situation de la France en 2013 ? Avec des dépenses publiques à 56.6 % du PIB, l’économie est exsangue. On a continué avec les mêmes remèdes paléo-keynésiens pour aboutir aux mêmes résultats. Pourtant, on connaît les solutions : plus de flexibilité et de libertés pour les entreprises, moins d’Etat et de réglementations. Il faut passer à la culture de l’entrepreneuriat (les auteurs citent les travaux de l’IREF) et donner de l’air à ceux qui innovent. Le temps presse et d’autres l’ont déjà fait avec succès. Mais nos politiques – de droite ou de gauche – sont-ils prêts à le faire ? Rien n’est moins sûr et là nous sommes un peu moins optimistes que Patrick Artus. Les auteurs oublient les conséquences de l’emprise de l’énarchie sur la politique économique et fiscale, l’incompétence de hauts fonctionnaires à Bercy qui n’ont jamais connu l’entreprise privée. Changeons de conseillers économiques et  - déjà – la France fera un grand pas vers le changement.




18ème sur 34 : c’est le rang de la France dans le classement du bien être

Dans quel pays du monde vit-on le mieux ? En France, où nous avons la chance d’un Etat fort et de décideurs politiques interventionnistes ? Pas du tout… Le dernier Indicateur du vivre-mieux calculé par l’OCDE dans 34 pays classe la France à la… 18ème place. L’Australie est première suivie par la Suède et le Canada. Très intéressant est le fait que parmi les 10 premiers se trouvent tous les pays qui ont réformé leurs Etats-providence ces 20 dernières années. De plus, tous les pays (Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis, Grande-Bretagne…) « victimes » du libéralisme économique sont nettement mieux classés que la France. Bizarrement, ce classement n’a pas fait la Une des médias français...





440 000 embauches pour perpétuer le chômage

Dans sa dernière (30/05) Lettre envoyée par Internet et intitulée « Le suivi des mesures pour l’emploi et le soutien à l’économie », le Gouvernement s’obstine à appliquer les vieilles méthodes qui ne marchent pas pour combattre le chômage. Ainsi, il annonce une « enveloppe » de 440 000 embauches en contrats aidés non marchands. Autrement dit, des emplois publics et parapublics comme nous avons l’habitude d’en créer en France. Ce que le gouvernement ne précise pas c’est que tous ces emplois coûteront environ 17 Milliards d’euros. Avec les résultats que l’on connaît déjà.



                
Syndiquer le contenu