USA

Réforme fiscale : il faut regarder ce qui s’est passé en 1986

Réforme fiscale : il faut regarder ce qui s’est passé en 1986
Illustration

La nostalgie pour la Loi sur la réforme fiscale de 1986 est de retour à Washington ces jours-ci, et ce n'est rien d'étonnant. Le projet de loi 86 sur l'impôt, qui a économisé des centaines de milliards de dollars en allégements fiscaux et a porté l'impôt à des taux  plus bas, a été un triomphe. A Washington aujourd'hui on est immobilisé par les intérêts particuliers et un triomphe serait le bienvenue.





Combattre les syndicats : Yes, we can !

Combattre les syndicats : Yes, we can !
Illustration

La volonté et le courage font souvent défaut aux dirigeants politiques. Ce n’est pas le cas pour Scott Walker, nouveau gouverneur républicain de l’Etat du Wisconsin. Il a tenu tête avec succès aux syndicats de fonctionnaires locaux. Analyse de Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.





Le cancer de l’économie américaine

Un cancer ronge l’économie américaine. Il s’agit des intérêts de la dette. Plus de 200 Mds de dollars  - presque autant que le PIB du Chili – sont dépenses par le gouvernement américain pour payer les intérêts. Face à cette somme, les 20 ou 60 Mds de dollars d’économies envisagés par Obama dans le budget 2011 ne sont que cacahuètes.





12 cents sur 1 dollar de dépenses publiques

D’après l’American Enterprise Institute, l’un des think tanks américains les plus huppés, sur 1 dollar dépensé par le gouvernement, 24 cents sont consacrés à la Défense, 6,50 cents aux intérêts de la dette, 41 cents aux trois programmes nationaux Medicare, Medicaid et Social Security et 16 cents aux diverses subventions, en particulier aux agriculteurs.





Baisse des dépenses publiques : faisons de l’Obamania !

Baisse des dépenses publiques : faisons de l’Obamania !
Illustration

En France le culte d’Obama n’a pas résisté au dernier vote qui a installé les Républicains au Congrès. Désormais l’administration Obama ne cesse de faire des coupes sombres dans les dépenses publiques. Nicolas Lecaussin s’est amusé à faire une comparaison entre le budget Obama et le budget Sarkozy : explosif !





Le temps de faire le premier pas pour baisser les dépenses publiques

Le président Obama vient d’annoncer une réduction des dépenses publiques. Insuffisante pour combler le déficit mais intéressante dans certains domaines où la réduction frôle même les 20 %. Mais où couper dans les dépenses ? Les leaders des deux partis au Congrès ne savent non plus par où commencer : en supprimant les quantités des cacahuètes destinées aux éléphants des zoos publics ou bien en baissant les salaires des fonctionnaires du FBI ?





Fédéralisme, référendum et libertés

Fédéralisme, référendum et libertés
Illustration

Le juge fédéral Vinson a déclaré inconstitutionnelle la loi sur l’assurance maladie publique obligatoire. Cette décision rappelle que le pouvoir fédéral a des limites, et que le peuple peut se prononcer par referendum. Analyse par Maître Jean Philippe Delsol, administrateur de l’IREF.





Les cent ans de Reagan

Les cent ans de Reagan
Illustration

 Né en 1911, Ronald Reagan a vaincu non seulement l’empire soviétique, mais aussi l’inflation et le chômage qui plombaient l’économie américaine. En diminuant les impôts, ses réformes ont valu vingt ans de croissance aux Etats-Unis. C’est en lisant Bastiat que Reagan a découvert les bienfaits du libéralisme. Anniversaire évoqué par Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF.





Un taux de croissance ridicule

1.5 % : C’est le taux de croissance du PIB français en 2010
Une nouvelle fois, la France est distancée. La hausse de son PIB a été de 1.5 % en 2010 contre 2.9 % aux Etats-Unis et 3.6 % en Allemagne. Deux fois plus de croissance en Amérique et presque 2 fois et demie en Allemagne. Mais le plus important est de garder le cap et de préserver un modèle social qui nous pénalise encore plus face à nos concurrents, mais que « tout le monde nous envie ». 
 





L’inflation : produit américain destiné à l’exportation

Qu’ont en commun les années 1971, 2003 et 2010 ? A chaque fois, les taux d’intérêt bas et le dollar faible ont provoqué de la création monétaire tout en répandant l’inflation à travers le monde. Et ç chaque fois, les banques centrales sont intervenues pour acheter des dollars et éviter ainsi l’appréciation de leurs monnaies.



                
Syndiquer le contenu