L’Espagne contre l’Inquisition fiscale européenne

L’Espagne contre l’Inquisition fiscale européenne
Illustration

A peine signé le Pacte fiscal européen, certains pays semblent déjà incapables de l’appliquer (pouvaient-ils faire plus avec le traité de Maastricht ?). Parmi ceux-ci figure l’Espagne qui vient d’annoncer pour 2012 un déficit budgétaire à 5.8 % du PIB après 4.4 % en 2011. Tout de suite, le Premier ministre Mariano Rajoy s’est attiré les foudres de Bruxelles même s’il a tenu à rassurer en insistant sur le fait que le déficit budgétaire sera bien de 3 % en 2013. Parmi les pays méditerranéens touchés par la crise, l’Espagne affiche une dette publique à 67.8 % du PIB alors que les autres dépassent les 100 % du PIB. Le grand problème espagnol est son chômage à 23.3 % de la population active. Mais les technocrates bruxellois devraient remercier Rajoy pour les énormes réformes du marché du travail qu’il vient d’adopter, y compris une libéralisation des licenciements. Mieux vaut laisser tranquille l’Espagne pour le moment, surtout lorsque le pays se réforme en profondeur. Pour en savoir plus, cliquez ici.