La zone euro n’a aucune raison de se réjouir

La zone euro n’a aucune raison de se réjouir
Illustration

D’un côté on nous dit que la croissance revient dans la zone euro, que l’Eurostock connaît son cinquième mois de hausse consécutive ou bien que la BCE sera entre de bonnes mains sous la présidence de Mario Draghi. De l’autre, il y a le spectre de l’inflation qui pointe son nez de plus en plus et aussi les taux d’intérêt qui se remettent à monter.

De même, les leaders européens continuent à faire deux erreurs : ils pensent que nous vivons une crise de liquidités et ils continuent à « arroser » La Grèce, l’Espagne et l’Irlande. La deuxième erreur c’est qu’ils pensent qu’en aidant le Portugal ils peuvent « sauver » l’Espagne. Or, ce pays vient d’annoncer des chiffres très inquiétants : un taux de chômage à 21 % (5 millions de personnes), une baisse de la consommation de 8.6 % et un système bancaire largement sous-capitalisé. Espérons que l'Espagne attirera l’attention des Européens sur leurs erreurs…
(Irwin Stelzer, Résumé, 2/05, Lire l’article).