Les hausses d’impôt ne feront pas baisser le déficit de la France

Etude de l'IREF
Les hausses d’impôt ne feront pas baisser le déficit de la France
Illustration

L’étude de l’IREF montre que, contrairement à ce que soutient le gouvernement, le déficit français ne baissera pas malgré les hausses d’impôt. Au contraire, les rentrées fiscales pourraient être deux fois moins élevées et le déficit continuera à se creuser.
Le PLF 2013 ne permettra donc pas d’atteindre l’objectif de déficit fixé par Maastricht et ce même en acceptant les hypothèses fortes du gouvernement concernant le taux de croissance ou l’absence de réaction des agents économiques. L’objectif de 3% nécessitera la mise en œuvre d’un sacrifice bien plus grand que celui annoncé par le PLF 2013.


• Dans tous les cas de figure, le scénario annoncé par le gouvernement (atteindre un déficit de 3 % du PIB en 2013) est irréaliste
• Les nouvelles ressources du PLF 2013 ne prennent pas en compte l'impact de la fiscalité sur le chômage, l'investissement et les incitations au travail, qui sont pourtant quantifiables
• Malgré les efforts demandés aux entreprises et aux ménages, le déficit continuera à se creuser et pourrait atteindre 4.5 % du PIB en 2013
• Pire, les rentrées fiscales pourraient être deux fois moins élevées que les prévisions du gouvernement
• Pour atteindre 3 % du déficit en 2013, il faudrait un plan d’économies budgétaires deux fois plus élevé (60 Mds d’euros) que celui annoncé par le gouvernement
• Pour conserver sur le long terme un déficit de 3% tout en réduisant l’endettement public, il faut une croissance supérieure à  3%

 
Pour consulter l’étude, cliquez ici.

Fichier attachéTaille
Etude Hausse Impôt et déficit.pdf175.62 Ko
Les hausses d’impôt ne feront pas baisser le déficit de la France

Commentaires

prèvisions de gelé

Les 7 travaux d’Hercule du quinquennat de François Hollande.

Après avoir nié la réalité et la gravité de la crise, le PS va devoir faire face au mur des réalités, cela en complète contradiction avec ses promesses électorales, à cent lieux de la ligne idéologique traditionnelle d’un PS français très à gauche ! imprégnés de l’idéologie marxiste ?

1 : L’équilibre des budgets : Avec la récession et nos prélèvements à 48 %, nos dépenses à 56 %, l’objectif de 0% de déficit en 2015, c’est mission impossible. C’est 100 milliards d’économie qu’il faudrait faire annuellement.

2 : Compétitivité : 30/40 milliards d’impôts et de taxes sur les entreprises (droite et gauche). Pour 2013, une nouvelle niche sous forme d’un crédit d’impôt de 20 milliards. Cela ne redonnera pas de la compétitivité face à nos concurrents, tout au plus une amélioration des faibles marges françaises.

3 : Réforme fiscale : (ex Piquetti) la promesse d’une vaste réforme est reportée…
Monstrueuse et tentaculaire, notre pieuvre fiscale est difficilement modifiable. Impôts, taxes, cotisations, ISF, CSG, etc c’est une bombe pour nos politiques.

4 : Retraites : Après la mini réforme de Nicolas Sarkozy, le PS est face aux réalités qu’il a toujours niées….Au parlement, dans la rue, avec nos syndicats et leurs soutiens farouchent aux régimes publics et spéciaux ! C’est une 2ème bombe à retardement pour le gouvernement.

5 : Sécurité Sociale : Equilibrer les comptes, réduire les dépenses, combattre les corporatismes, les abus, Ce n’est pas dans les gênes de la gauche , qui considère que la sécu est l’alpha et l’oméga de son humanisme.

6 : Chômage et emplois : Face à la crise économique, les mesures prises en 2013 ne peuvent qu’aggraver notre chômage de masse. Folie fiscale, émigration des entrepreneurs, des investisseurs français et étrangers, ce qui accélère les délocalisations, les fermetures d’entreprises qui désertent la France, ses réglementations, ses impôts et une faible rentabilité.

7 : Croissance : Un mirage qui comme l’horizon recule quand on avance ? Structurellement faible en Europe, la France est, par manque de courage politique, a la traîne pour la mise en œuvre des réformes de structure. L’exemple de l’Allemagne, des pays du Nord est dénigré par nos socialistes français.

Pour ces sept raisons, les défis que François Hollande doit affronter sont très difficiles ! Encore plus avec pour alliés politiques, les Verts, les utopistes d’extrême gauche. En aura-t-il la force, le courage politique, j’en doute ! Surtout si une crise éclate entre les différents courant du PS. En cas de désastre économique, de conflit politique, il se peut que François Hollande ne termine pas son quinquennat ! vos avis SVP

Déception à venir ! Pour le PS, pour les gauches ! Soit le programme est mis en place, et dans ce cas une catastrophe économique ravagera la France ! Soit face aux réalités économique François Hollande fera une politique de rigueur ( social-démocrate ) et donc la frustration des électeurs de gauche serra grande ! Avec des troubles « révolutionnaires » des syndicats, de l’extrême gauche. Ce qui nous attend ; échec du pacte budgétaire, échec de la compétitivité, échec de la réduction de la dette. Poursuite de notre déclin…

Prévisions 2013/2017 apocalyptique pour la France : du libéral, déclinologue : G G

gele.gerard@wanadoo.fr